Divers

[Libération] Retrouvons des banques de crédit séparées de la spéculation

Posté par Scinder les banques le 18 février 2013  /   Posté dans Divers
Par Olivier Berruyer; Président de l’association DiaCrisis

L’élection de François Hollande a redonné l’espoir à des millions de Français. Nombreux sont ceux qui ont vibré quand il a lancé au Bourget : «Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. Sous nos yeux, en vingt ans, la finance a pris le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies.» Néanmoins, le 7 décembre, Pierre Moscovici a déclaré, pour dé-crédibiliser l’idée, que couper les banques en deux, en séparant vraiment les activités de dépôt et de crédit des activités spéculatives, ce serait «revenir vingt ans en arrière».

Lire la suite

[Challenges] Comment le lobby bancaire a imposé sa loi

Posté par Scinder les banques le 12 février 2013  /   Posté dans Divers

La loi bancaire présentée en conseil des ministres n’est qu’un toilettage. Les arguments des banquiers ont fait mouche.

Jean-Paul Chifflet, président de la Fédération bancaire française

Jean-Paul Chifflet, président de la Fédération bancaire française (c) Sipa

« Il n’y avait pas eu de loi bancaire depuis presque 30 ans, la dernière date de 1984″, se félicite-t-on à Bercy. Hélas, le texte qui devrait être avalisé par le conseil des Ministres, 19 décembre, n’est comparable en rien à la loi Delors de 1984, véritable monument qui passait en revue toutes les activités bancaires. C’est un simple toilettage de l’activité financière des banques. Le lobby bancaire est passé par là avec deux arguments qui ont fait mouche. Les banques, à cause des nouvelles règles Bâle 3, pourront faire moins de crédit. Si on les empêche en plus d’accompagner les entreprises sur les marchés, on les tue. Deuxième argument: si on tape sur l’activité de tenue de marché, qui consiste en principe à assurer la liquidité des marchés, les banques françaises seront beaucoup moins performantes pour placer la dette… de l’Etat. Bingo! Si les intentions du gouvernement sont bonnes, la loi, elle, ne va pas empêcher les banquiers de dormir. Voici donc les deux principales propositions du texte en matière de régulation :

- Les activités de marché, autres que celles qui correspondent à la fourniture de services aux clients, l’activité de tenue de marché, la gestion de trésorerie et les opérations d’investissement, devront être filialisées si elles représentent plus d’un certain seuil (qui serait de 10%) des fonds propres de la banque. C’est que Karine Berger, député rapporteur du texte, appelle le « coup de ciseau ». Problème: la liste des opérations cantonnées est très limitée par la loi. Un banquier malin pourra par exemple facilement ranger en « activité de tenue de marché » à peu près ce qu’il souhaite. « Si les députés souhaitent se plonger sur la limitation de ces activités, ce sera très simple. Un amendement, une ligne », explique Karine Berger. Mais quel député, hors Valérie Rabault, qui fut responsable du suivi des risques de la salle des marchés de BNP Paribas, pourra vraiment se plonger dans un tel sujet, affreusement technique ?

- Les banques devront fournir aux régulateurs leur plan de « découpage » en cas de faillite. Quels morceaux seront « sauvés », quels morceaux feront faillite, sachant que les fonds propres doivent être affectés en priorité aux déposants de la banque commerciale. En cas de faillite, les actionnaires bien sûr perdront leur chemise, suivis par les créanciers qui verront fondre la valeur de leurs avoirs, et ensuite seulement on fera appel à un fonds de garantie abondée par les banques. L’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) pourra demander aux établissements de refaire leur copie, et aussi « dégager » le PDG d’une banque en cas de problème. Pour que le « gendarme » des banques puisse correctement exercer cette tutelle renforcée, il faudrait lui donner beaucoup plus de moyens. Est-on prêt à payer ingénieurs sortis des grandes écoles aussi chers s’ils travaillent dans les locaux de l’ACP que sur les salles de marché des banques ?

Les banquiers peu inquiets

A ce stade, les banquiers ne s’inquiètent donc pas trop de l’application de cette nouvelle loi. « Une loi bancaire, quelle loi bancaire? », ironise même l’un d’entre eux. Il faut dire que la majorité des sept membres du Conseil de régulation financière et du risque systémique, chargé de la réflexion sur la loi, avait une opinion bien arrêtée sur le sujet: non à la séparation des activités de détail et de banque de financement et d’investissement. Ils ont néanmoins pris la peine de mener de multiples auditions auprès des groupes dont Challenges a pu obtenir la liste tenue jusqu’ici secrète.

Autorités : ACP, AMF, Banque de France

Banques : FBF, BNPP, SG, CM, CASA, BPCE

Associations de place : Europlace/Eurofi, Amafi, AFG

Entreprises : Medef, Cgpme, AFEP, AFTE

Fédérations syndicales : CGT, FO, CGC, CFDT, CFTC

Comité consultatif du secteur financier : UFC, AFOC , CLCV, AFUB

Il serait très utile de savoir quelles ont été les demandes des représentants de ces organismes et ce qui en a été retenu pour élaborer la loi. On aimerait bien savoir aussi comment cette nouvelle loi bancaire va s’articuler avec la directive européenne qui devrait mettre en musique le rapport Liikanen, fruit d’une réflexion européenne sur le sujet. Finalement, cette nouvelle loi bancaire soulève bien plus de questions qu’elle ne résout de problèmes. Dommage.

 

Source : challenges ; publié le 19/12/2012

[FranceTVinfo] Comment le lobby bancaire a dépouillé la réforme Hollande

Posté par Scinder les banques le 11 février 2013  /   Posté dans Divers

(MEIGNEUX / SIPA)

Baudouin Prot, président du groupe BNP Paribas, le 8 novembre 2007 à Paris. (MEIGNEUX / SIPA)

Son « principal ennemi », « le monde de la finance », aura eu raison de la promesse numéro 7 (lien PDF) de François Hollande durant la campagne présidentielle. La révolution bancaire n’aura pas lieu. Le projet de loi présenté mercredi 19 décembre en Conseil des ministres est bien en  deçà des ambitions affichées. En deçà, aussi, des réformes qui se préparent aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Lire la suite

[Le Parisien] « Nous sommes allés aussi loin que possible »

Posté par Scinder les banques le 08 février 2013  /   Posté dans Divers

Source : Le Parisien ; Publié le 19.12.2012

 

La promesse de campagne de François Hollande est-elle tenue ? Dans ses 60 propositions, le candidat à la présidence s’était engagé en janvier à « séparer les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi de leurs opérations spéculatives ». Désormais, les banques devront isoler ces opérations dans une filiale ad hoc.

 

Lire la suite

[La Tribune] Moscovici juge « précurseur » une réforme bancaire a minima

Posté par Scinder les banques le 06 février 2013  /   Posté dans Divers

Moscovici juge « précurseur » une réforme bancaire a minima

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le ministre de l’Economie et des Finances est venu défendre le projet de réforme bancaire du gouvernement au micro de RTL ce mercredi matin. Il a assuré qu’il concrétiserait la promesse de François Hollande de séparer les activités spéculatives des banques de celles qui sont « utiles à l’emploi et l’investissement ».

[Libération] Loi d’encadrement des banques : «Il n’y aura jamais consensus entre les parties prenantes»

Posté par Scinder les banques le 04 février 2013  /   Posté dans Divers

Interview : Thierry Philipponnat, secrétaire général de Finance Watch, critique un projet de loi qui «n’a pas été transparent» et «mène à une impasse».

Par NICOLAS CORI

Thierry Philipponnat est secrétaire général de Finance Watch, une association européenne dont l’objectif est de «renforcer la voix de la société et de la faire peser dans les réformes nécessaires de la réglementation financière». Il réagit de manière critique à la loi d’encadrement du secteur bancaire présentée ce mercredi en conseil des ministres. Entretien.

Lire la suite

[L'expansion / l'Express] Réforme bancaire: Non, Moscovici n’a pas supprimé le trading haute fréquence

Posté par Scinder les banques le 01 février 2013  /   Posté dans Divers

Le ministre de l’Economie se félicite que la réforme bancaire interdise le trading haute fréquence en France. Pourtant à regarder le texte de près, cette technique hautement spéculative a encore de beaux jours devant elle.

FINANCE- Pierre Moscovici a présenté ce mercredi matin le projet de loi sur la réforme bancaire censé supprimer le trading haute fréquence.

FINANCE- Pierre Moscovici a présenté ce mercredi matin le projet de loi sur la réforme bancaire censé supprimer le trading haute fréquence. (REUTERS/Gonzalo Fuentes)

Lire la suite

[La Tribune] La séparation entre activités « utiles » à l’économie et activités « spéculatives », un faux débat ?

Posté par Scinder les banques le 30 janvier 2013  /   Posté dans Divers
Copyright Reuters

Copyright Reuters

Sophie Rolland (avec Reuters) | 22/11/2012

Le secrétaire général de Finance Watch Thierry Philipponnat met en cause le calendrier de la réforme bancaire française et regrette le manque de transparence de la procédure de consultation orchestrée par Bercy. Pour lui, « si l’on ne parvient pas à vraiment simplifier les structures bancaires et à les rendre plus lisibles, alors la réforme ne sera qu’une illusion ».

[Fitch Ratings / AFP / news-banques.com] La réforme bancaire n’empêchera pas un éventuel soutien de l’État

Posté par Scinder les banques le 28 janvier 2013  /   Posté dans Divers

La réforme bancaire, dont le texte a été présenté mercredi en conseil des ministres, “ne modifiera pas le soutien de l’Etat envers les banques”, considère l’agence d’évaluation financière Fitch Ratings dans une note.

Le texte prévoit notamment de doter l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP), le superviseur bancaire français, de pouvoirs d’intervention renforcés en cas de défaillance d’un établissement.

Il s’agit notamment de “faire peser le coût d’une faillite sur les actionnaires et les créanciers, et non pas sur les clients ou les finances publiques”, selon une source proche du ministère de l’Economie.

Pour autant, Fitch juge que la réforme “devrait laisser inchangée la dynamique de soutien aux banques du pays” par l’Etat.

Lire la suite

[Finance Watch] Lettre ouverte à Pierre Moscovici

Posté par Scinder les banques le 25 janvier 2013  /   Posté dans Divers

http://www.finance-watch.org/wp-content/uploads/2012/12/Finance-Watch_Lettre-ouverte-%C3%A0-Pierre-Moscovici.pdf

Monsieur le Ministre,

Lors du discours que vous avez prononcé le jeudi 15 novembre en clôture des entretiens de l’AMF, vous avez déclaré que la loi bancaire qui serait présentée en Conseil des ministres le 19 décembre serait un « grand marqueur de l’action gouvernementale ». Vous avez également déclaré qu’il y aurait « un avant » et « un après » et que « la retouche cosmétique, l’ajustement à la marge, les petits pas » n’étaient pas ce que l’on attendait du gouvernement. Finance Watch partage avec vous la conviction que la retouche cosmétique et l’ajustement à la marge ne sont pas ce dont la société française a besoin en matière bancaire.

Lire la suite

Copyright ©2012 Scinder les banques.
^ Retour en haut